Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

Delphine Traoré représente Allianz Africa lors de l'International Female Leader's Panel.

12 août 2021
Coenraad Vrolijk-CEO d’Allianz Africa-économies africaine et européenne

Allianz Africa est honorée de voir l'une de ses dirigeantes mise en avant le 28 juillet dernier lors du dernier panel d’Allianz Life NEO : International Female Leader's Panel.

Delphine Traoré, Chief Operating Officer et Management Board Member d'Allianz Africa, a participé à cet événement parmi d'autres femmes éminentes d'Allianz SE telles que Aylin Coqui Somersan, Chief Risk Officer, et Sabia Schwarzer, Head of Group Communications & Reputation (GCORE).

Elle a partagé avec l’audience son parcours professionnel et a expliqué comment l’aventure avait  commencé pour elle. Elle a également parlé de ses influences et expériences internationales et culturelles, et a donné quelques exemples de défis qu'elle a rencontrés.

Originaire du Burkina Faso, Delphine est Souscripteur Dommages diplomée de l'American Institute for Chartered Property Casualty Underwriters. Elle est également titulaire d'un Master en Sciences de gestion des assurances de l'Université de Boston. Après avoir obtenu son diplôme en 1996, elle a rejoint le groupe d'assurance Ohio Casualty, d'abord en tant que Senior Commercial MultiLines Insurance Underwriter and Marketing Representative, puis en tant que Regional Underwriting Manager.

A la fin de sa carrière universitaire, plusieurs options s'offraient à elle, l'une d'entre elles lui a été proposée par une compagnie d'assurance, ce fut là le début d'une belle histoire d'"amour" professionnelle qui la conduirait vers les sommets du succès.

En 2005, elle rejoint le groupe Allianz au Canada. Avec déjà dix ans d'expérience aux États-Unis, elle gravit les échelons assez facilement. Embauchée comme cadre supérieur, Delphine prend le rôle de marketing manager pour l’ensemble le Canada après 5 ans de service chez Allianz, ce qui est en soi un véritable défi.

Toujours entre deux avions, elle devait trouver la force de rester professionnelle, sans jamais cesser d'être une mère aimante et attentionnée pour ses 2 enfants. Cette aventure passionnante durera 8 ans, couronnée par une mission promotionnelle tout aussi exaltante : depuis février 2017, elle a rejoint le Board Management d'Allianz Africa en tant que Regional Director of Operations en charge du développement du groupe Allianz sur le continent africain.

En juin 2019, Delphine a été élue présidente de l'Organisation des assurances africaines (OAA), dont elle était vice-présidente depuis mai 2018. De 2015 à 2017, elle a été la présidente de l'Insurance Institute of South Africa. En 2019, elle a été listée parmiles femmes leaders économiques du magazine Forbes Africa. En 2018, le magazine Jeune Afrique l'a également classée parmi les 50 femmes les plus influentes d'Afrique. En 2015, elle a remporté , le prix du leadership féminin de l’Africa Leadership Awards, et est apparue à deux reprises en 2014 et 2015, dans l'étude des meilleurs leaders économiques de demain par le Choiseul 100 Africa. 

"En termes de leadership, il faut être capable de donner une vision aux personnes avec lesquelles on travaille. Pour moi, le leader ne doit pas être celui qui donne les ordres, mais celui dont le comportement donne le bon exemple. Il est important que nous puissions suivre les managers parce que l’on a envie de les suivre et non parce qu'ils sont nos supérieurs hiérarchiques", a-t-elle déclaré. 

Avec plus de vingt ans d'expérience en Amérique comme en Afrique, elle est aujourd'hui un prototype de leadership féminin : multiculturel, cosmopolite et résolument exemplaire.

"Aujourd'hui, être à la tête des opérations en Afrique d'un groupe international, leader dans son domaine, et figurer parmi les 200 personnes les plus influentes de ce groupe qui compte 150 000 salariés, n'a pas été un voyage sans épaves", a-t-elle déclaré.

Parfois, elle est la seule femme, voire la seule Africaine, à assister à des réunions d’envergure, et elle s'est souvent demandé si elle avait les compétences requises, mais à chaque fois, elle s’est dit : "Pourquoi pas moi ?"